Conférence de presse du 17 septembre 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian
2021/09/17

CCTV : Le Président Xi Jinping participera aujourd'hui par liaison vidéo à la 21e réunion du Conseil des chefs d'États de l'Organisation de Coopération de Shanghai (OCS) et à un sommet conjoint des dirigeants des États membres de l'OCS et de l'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) sur la question de l'Afghanistan. Y a-t-il un représentant chinois qui y participera sur place ?

Zhao Lijian : Pour soutenir la participation par vidéo du Président Xi Jinping au Sommet de l'OCS, le Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi, en tant que représentant spécial du Président Xi Jinping, participera sur place à la réunion à Douchanbé, au Tadjikistan.

AFP : Premièrement, une enquête a révélé que la Directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) Kristalina Georgieva avait demandé à son personnel de modifier un rapport de la Banque mondiale pendant son mandat de Directrice générale de la Banque mondiale, pour éviter de fâcher la Chine. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ? Deuxièmement, qui représentera la Chine à la prochaine Assemblée générale des Nations Unies ?

Zhao Lijian : Concernant votre première question, Mme Kristalina Georgieva a déjà publié une déclaration sur le site Web du FMI, je vous conseille de vous informer auprès des parties concernées.

Nous avons remarqué que la Banque mondiale avait récemment publié une déclaration sur la suspension de la publication du Rapport Doing Business.

Le gouvernement chinois attache une grande importance à l'amélioration de l'environnement d'affaires, et ses réalisations en la matière sont évidentes pour tous. Nous espérons que la Banque mondiale mènera une enquête approfondie sur les questions concernées en se basant sur des faits et des règles, dans le respect des principes de professionnalisme, d'objectivité, d'impartialité et de transparence et en stricte conformité avec ses procédures d'examen internes, afin de mieux préserver le professionnalisme et la crédibilité du Rapport Doing Business ainsi que la réputation de la Banque mondiale elle-même et de ses pays membres.

Concernant votre deuxième question, je n'ai pas d'information à publier pour le moment.

PTI : Aujourd'hui, le Ministre indien des Affaires étrangères Subrahmanyam Jaishankar et le Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi se sont entretenus en marge des réunions de l'OCS. Avez-vous un bulletin d'information sur leur entretien ? Pourriez-vous en fournir plus d'informations ?

Zhao Lijian : Le 16 septembre, heure locale, le Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi a rencontré sur invitation, à Douchanbé, le Ministre indien des Affaires étrangères Subrahmanyam Jaishankar.

Le Conseiller d'État Wang Yi a indiqué que la Chine avait toujours une attitude positive pour traiter adéquatement les questions frontalières sino-indiennes. Les échanges récents entre les départements chargés des affaires étrangères et militaires des deux pays ont été sérieux et efficaces, et la situation frontalière entre les deux pays s'est atténuée dans son ensemble. Wang Yi a exprimé l'espoir que l'Inde travaillerait dans le même sens que la Chine, ferait avancer continuellement l'apaisement de la situation, et passerait du traitement d'urgence à une gestion régulière. Il faut consolider les acquis du désengagement des troupes en première ligne, respecter scrupuleusement les accords et le consensus conclus entre les deux pays, sauvegarder ensemble la paix et la tranquillité dans les zones frontalières et éviter que des incidents frontaliers ne se reproduisent.

Le Conseiller d'État Wang Yi a souligné que la Chine et l'Inde, deux économies émergentes, devraient continuer de rester attachées au consensus stratégique, selon lequel elles ne constituent pas une menace l'une pour l'autre mais représentent des opportunités de développement, et faire en sorte que les relations bilatérales et la coopération pragmatique entre les deux pays entrent dans un rail de développement sain et régulier. Cela correspond aux intérêts communs des deux pays et favorise la paix et le développement de la région et du monde.

Le Ministre des Affaires étrangères Subrahmanyam Jaishankar a dit que l'Inde et la Chine avaient enregistré des progrès dans le traitement de la situation frontalière mais qu'il restait pour elles des questions à résoudre. La partie indienne est prête à travailler avec la Chine pour observer les accords conclus entre les deux parties, promouvoir des résultats encourageants dans le prochain cycle de réunion au niveau des commandants d'armée des deux pays, et défendre réellement la paix et la tranquillité dans les zones frontalières. Subrahmanyam Jaishankar a dit espérer que les deux parties travailleront ensemble pour remettre les relations bilatérales sur le bon rail et guideront les différentes parties dans l'élaboration d'une perception plus active et mutuellement bénéfique des relations bilatérales. La partie indienne ne croit pas à la théorie de « choc de civilisations » et estime que le maintien de la solidarité entre les pays asiatiques est très important. Pour réaliser la solidarité entre les pays asiatiques, la coopération entre l'Inde et la Chine est indispensable. L'Inde entend conjuguer ses efforts avec ceux de la Chine pour renforcer la communication et la coordination dans des cadres tels que les BRICS et l'OCS et relever les défis planétaires tels que le terrorisme.

Bloomberg : La Chine a demandé à adhérer à l'Accord de partenariat transpacifique global et progressiste (CPTPP). La partie chinoise est-elle prête à mener des consultations avec les départements australiens en matière d'adhésion à cet accord ? Et si oui, quand cela aurait-il lieu ?

Zhao Lijian : Il y a près d'un an, la Chine a exprimé la volonté d'envisager activement de rejoindre le CPTPP. Au cours de l'année écoulée, la Chine a eu des contacts informels avec les membres de l'accord conformément aux règlements du CPTPP. Sur la base des études et d'une évaluation approfondies des termes de l'accord et en fonction des procédures et étapes concernées, le Ministre chinois du Commerce Wang Wentao a soumis récemment la demande officielle de la Chine pour rejoindre le CPTPP dans une lettre adressée au Ministre néo-zélandais du Commerce Damien O'Connor, le dépositaire de l'accord.

Nous sommes d'avis que sur la base de la conclusion de l'Accord de partenariat économique régional global (RCEP), l'adhésion de la Chine au CPTPP contribuerait à l'intégration économique dans la région Asie-Pacifique et faciliterait la reprise économique, le développement du commerce et la croissance des investissements dans le monde dans la période post-COVID-19.

Concernant votre question spécifique, la Chine suivra, dans la prochaine étape, les procédures concernées du CPTPP pour avoir les consultations nécessaires avec les membres.

Agence de presse Yonhap : Premièrement, le Conseil de Sécurité des Nations Unies a tenu une réunion sur le lancement de missiles balistiques par la République populaire démocratique de Corée (RPDC). Quelle est la position de la Chine là-dessus ? Deuxièmement, les pourparlers à six sur la question nucléaire de la Péninsule coréenne n'ont pas eu lieu depuis plus de dix ans. Comment la Chine envisage-t-elle la perspective d'une reprise de ces pourparlers ?

Zhao Lijian : Pour votre première question, le Conseil de Sécurité des Nations Unies a discuté de ce dossier lors de ses consultations internes, au cours desquelles la Chine a réitéré sa position de principe. Nous pensons que la stabilité générale dans la Péninsule coréenne n'a pas été obtenue facilement. Toutes les parties doivent garder à l'esprit l'intérêt général, faire preuve de sang-froid, de retenue et de prudence dans leurs paroles et leurs actions, afin d'éviter la détérioration et l'escalade de la situation et de veiller à ce que la question de la Péninsule coréenne reste sur la voie du règlement politique. Nous espérons que les parties concernées s'en tiendront à la bonne voie du dialogue et du contact, abandonneront l'ancienne voie de l'hostilité et de la confrontation, et rechercheront une solution politique efficace à la question de la Péninsule coréenne en suivant effectivement l'approche à double voie et le principe d'actions échelonnées et synchronisées.

La Chine est toujours d'avis que le Conseil de Sécurité doit jouer un rôle positif et constructif dans la promotion du processus de règlement politique de la question de la Péninsule coréenne. La Chine et la Russie ont appelé à plusieurs reprises le Conseil de Sécurité à déclencher dès que possible les dispositions réversibles des résolutions relatives à la RPDC et à apporter des ajustements nécessaires aux sanctions concernées, notamment les dispositions dans les secteurs humanitaire et de bien-être du peuple de la RPDC, afin de créer les conditions et l'atmosphère nécessaires pour sortir de l'impasse actuelle et reprendre le dialogue. La Chine continuera de déployer des efforts agissants à cette fin.

En ce qui concerne votre deuxième question, les pourparlers à six sont un mécanisme efficace pour promouvoir la dénucléarisation de la Péninsule coréenne et maintenir la paix et la stabilité dans la péninsule et en Asie du Nord-Est, ainsi qu'une plateforme importante pour améliorer les relations entre les parties. Les objectifs fixés dans le cadre des pourparlers à six et les principes consistant à répondre aux préoccupations de toutes les parties de manière synchronisée, réciproque et équilibrée ont jusqu'aujourd'hui une portée directrice. Bien entendu, la reprise des pourparlers à six est confrontée à de nombreuses difficultés, ce qui exige que toutes les parties aillent dans la même direction.

Actuellement, la situation de la Péninsule coréenne se trouve à un moment important et sensible. Toutes les parties doivent faire preuve de prudence dans leurs paroles et leurs actions et continuer de promouvoir fermement le processus de règlement politique de la question de la péninsule.

Beijing Youth Daily : Le 16 septembre, la Chine, la Russie, le Pakistan et l'Iran ont tenu une réunion informelle sur la question afghane. Pourriez-vous présenter brièvement la réunion ?

Zhao Lijian : Le 16 septembre, le Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi a tenu une réunion à Douchanbé avec le Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, le Ministre pakistanais des Affaires étrangères Shah Mahmood Qureshi et le Représentant de haut niveau du Ministre iranien des Affaires étrangères Rasoul Mousavi en marge des sommets de l'OCS et de l'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) pour discuter de la situation en Afghanistan. Le Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a présidé la réunion.

Toutes les parties ont réaffirmé leur engagement à promouvoir la paix, la sécurité et la stabilité en Afghanistan et dans la région. Elles ont souligné que la souveraineté, l'indépendance et l'intégrité territoriale de l'Afghanistan devaient être respectées, que le principe de base d'un « processus de paix conduit et pris en charge par les Afghans » devait être mis en œuvre et que le droit du peuple afghan à rechercher la paix, la tranquillité, le développement et la prospérité devait être défendu.

Toutes les parties ont souligné que les États-Unis et leurs alliés assumaient les principales responsabilités de la reconstruction sociale et économique de l'Afghanistan, et devaient fournir à l'Afghanistan des aides économique, humanitaire et de bien-être social dont il avait un besoin urgent.

Toutes les parties estiment que l'Afghanistan doit réaliser la réconciliation nationale et mettre en place un gouvernement inclusif qui tienne compte des intérêts de tous les groupes ethniques. Notant les défis auxquels l'Afghanistan est confronté en matière de sécurité, elles ont souligné la nécessité de coordonner les efforts pour faire face à des menaces telles que le terrorisme et le trafic de drogue, afin de préserver la stabilité régionale ainsi que les préoccupations et les intérêts légitimes des pays voisins.

Toutes les parties ont exprimé leurs préoccupations face à l'incertitude de la situation humanitaire et socio-économique en Afghanistan et au risque éventuel de flux de réfugiés, ont fait remarquer la nécessité pour l'Afghanistan de retrouver la paix et la reprise économique, et ont appelé la communauté internationale à continuer de fournir une aide humanitaire à l'Afghanistan.

Toutes les parties sont convenues de poursuivre la coordination et de convoquer des réunions à différents niveaux aux moments opportuns.

NHK : Premièrement, l'élection à la présidence du Parti libéral-démocrate japonais commence aujourd'hui. Le résultat de cette élection aura un grand impact sur le candidat au poste de nouveau Premier Ministre du Japon. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ? Deuxièmement, l'Union européenne (UE) a publié la stratégie indo-pacifique, déclarant qu'elle renforcera les relations économiques avec Taiwan et s'efforcera d'envoyer des navires des États membres dans la région indo-pacifique. Quels sont les commentaires de la Chine en la matière ?

Zhao Lijian : Votre première question est une affaire intérieure du Japon, et la Chine n'a aucun commentaire à faire.

En ce qui concerne votre deuxième question, la participation de la région chinoise de Taiwan à la coopération économique doit être traitée conformément au principe d'une seule Chine. Nous nous opposons résolument à la discussion et à la signature des accords avec des implications de souveraineté et de nature officielle entre n'importe quel pays et la région chinoise de Taiwan. Sur cette question, la position de la Chine est claire et résolue. Concernant l'envoi dans la région Asie-Pacifique de navires par les pays extérieurs, la Chine espère que les pays extérieurs respecteront l'aspiration des pays de la région au maintien de la paix et de la stabilité et à la promotion de la coopération et du développement, et s'abstiendront de prendre des mesures qui pourraient compliquer la situation.

Reuters : Cette semaine, l'Australie, le Royaume-Uni et les États-Unis ont annoncé la mise en place d'une nouvelle alliance. Peu après, la Chine a déposé une demande d'adhésion au CPTPP. Quelle est la signification de l'adhésion de la Chine au CPTPP annoncée en ce moment ?

Zhao Lijian : Je viens de présenter le contexte de la demande officielle d'adhésion de la Chine au CPTPP, qui n'a aucun lien avec l'accord entre les États-Unis, le Royaume-Uni et l'Australie. Je tiens à souligner que la Chine est un défenseur ardent de la libéralisation et de la facilitation du commerce et un participant important à la coopération et à l'intégration économique dans la région Asie-Pacifique. La demande officielle de la Chine à adhérer au CPTPP démontre une fois de plus la ferme détermination de la Chine à élargir son ouverture sur l'extérieur et à promouvoir la coopération économique régionale.

Vous venez de relier ces deux choses. Tout le monde peut voir que la Chine promeut la coopération économique et l'intégration économique régionale, alors que les États-Unis, le Royaume-Uni et l'Australie promeuvent la guerre et la destruction.

Prasar Bharati : Vous venez de mentionner la prise de position du Ministre indien des Affaires étrangère Subrahmanyam Jaishankar lors de sa rencontre avec le Ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi à Douchanbé. M. Jaishankar a également dit que les relations entre l'Inde et la Chine devaient être fondées sur le respect mutuel. Selon lui, par conséquent, il faut éviter de considérer les relations bilatérales sous l'angle des relations avec des pays tiers. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : La Chine est d'accord avec la position indienne selon laquelle « il faut éviter de considérer les relations entre la Chine et l'Inde sous l'angle des relations avec des pays tiers ». La Chine et l'Inde sont toutes deux des pays importants en Asie. Le développement des relations sino-indiennes a sa propre logique. Les relations Chine-Inde n'ont jamais visé une tierce partie.

HRTN : Le vaisseau spatial habité Shenzhou-12 est revenu sur Terre il y a un peu plus d'une heure. D'après nos informations, le Shenzhou-13 est déjà bien préparé pour être lancé dans l'univers en octobre prochain. Le développement rapide de la cause spatiale chinoise a suscité une grande attention en Chine comme à l'étranger. Quels sont vos commentaires à ce sujet ?

Zhao Lijian : Peu avant la conférence de presse d'aujourd'hui, j'ai regardé avec enthousiasme sur la télévision le moment historique du retour sur Terre du vaisseau spatial habité Shenzhou-12, comme beaucoup d'entre vous. Nous nous félicitons du retour du Shenzhou-12, et accueillons la rentrée triomphale de nos trois astronautes héros !

Depuis son lancement et entrée dans l'espace réussis le 17 juin, l'équipage du Shenzhou-12 a travaillé et vécu dans le complexe de station spatiale pendant 90 jours, au cours desquels il a effectué avec succès une série de tâches opérationnelles, dont la réparation et l'entretien extravéhiculaires, le remplacement d'équipements et l'exploitation scientifique de charges, et a établi un nouveau record de durée de séjour dans l'espace en un seul vol pour les astronautes chinois. Hier, le vaisseau Shenzhou-12 s'est séparé avec succès du module de la station spatiale Tianhe, et a effectué avec le complexe de station spatiale des essais de circumnavigation et de rendez-vous radial, ce qui a permis de vérifier avec succès la technologie de rendez-vous radial et de jeter des bases technologiques importantes pour les futures missions habitées.

Alors que nous accueillons et célébrons le retour du Shenzhou-12, nous ne pouvons nous empêcher de nous rappeler du lancement réussi du vaisseau spatial habité Shenzhou-5 en 2003. Dix-huit ans se sont écoulés depuis que la Chine a commencé à effectuer des missions habitées de manière indépendante. Au cours de ces 18 années, le projet des vols spatiaux habités de la Chine a continué de progresser, passant d'un équipage à un seul homme pour un seul jour de mission à un équipage à plusieurs hommes pour plusieurs jours de mission, du travail à l'intérieur de la capsule à la marche dans l'espace, et du séjour de court terme au séjour de moyenne et de longue durée dans l'espace. Chacune de ces avancées a été fruit du courage et de la persévérance des astronautes chinois dans la poursuite du rêve spatial, et apporte la sagesse et la force de la Chine à l'utilisation pacifique de l'espace par l'humanité.

L'exploration spatiale est une cause commune de toute l'humanité. Le gouvernement chinois s'engage toujours à utiliser l'espace de manière pacifique et mène une coopération et des échanges avec les pays concernés dans le domaine des vols habités conformément aux principes dit « utilisation pacifique, égalité, bénéfice mutuel et développement commun ». La station spatiale chinoise est entrée dans la phase de construction complète. La Chine continuera d'accroître la profondeur et l'ampleur de la coopération et des échanges internationaux, afin de faire de la station spatiale chinoise un laboratoire dans l'espace qui apporte des bénéfices à toute l'humanité, et de contribuer activement à l'exploration de l'univers mystérieux par l'homme, à l'utilisation pacifique de l'espace et à la construction d'une communauté d'avenir partagé pour l'humanité.

TASS : La réunion « 2+2 » entre les Ministres des Affaires étrangères et les Ministres de la Défense des États-Unis et de l'Australie a publié une déclaration conjointe, dont les contenus liés à la Chine comprenaient la Mer de Chine méridionale, le Xinjiang, Hong Kong et Taiwan. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : La position de la Chine sur les questions de la Mer de Chine méridionale, de Taiwan, et les questions liées à Hong Kong et au Xinjiang est constante et claire. Les États-Unis et l'Australie, en tant que complices, ont noirci délibérément l'image de la Chine, se sont immiscés dans les affaires intérieures de la Chine et ont semé la discorde dans les relations entre les pays de la région pour leur intérêt géopolitique égoïste. La Chine y exprime son fort mécontentement et son opposition résolue.

Les faits ont prouvé que la Chine est non seulement le principal moteur de la croissance économique dans la région Asie-Pacifique, mais aussi un ferme défenseur de la paix et de la stabilité régionales. Le développement de la Chine est une croissance des forces pour la paix dans le monde et une bonne nouvelle pour la prospérité et le développement dans la région. La Chine estime toujours que la coopération entre tous les pays doit suivre la tendance de l'époque, celle de la paix et du développement, contribuer au renforcement de la confiance mutuelle et de la coopération entre les pays, et s'abstenir de viser de tierces parties ou de nuire à leurs intérêts.

Les États-Unis et l'Australie doivent suivre la tendance du développement de l'époque, respecter les aspirations communes des pays de la région, rejeter la mentalité obsolète de la guerre froide et du jeu à somme nulle et les concepts géopolitiques étroits, appréhender correctement le développement de la Chine, et cesser d'interférer dans les affaires intérieures de la Chine et de créer des troubles dans la région Asie-Pacifique.

Prasar Bharati : Une autre question concernant la rencontre entre les Ministres des Affaires de l'Inde et de la Chine. La Chine évaluera-t-elle les relations sino-indiennes sur la base des relations entre l'Inde et d'autres pays ?

Zhao Lijian : Je viens de l'expliquer très clairement. Le développement des relations sino-indiennes a sa propre logique. Les relations sino-indiennes ne visent pas de tierces parties, et ne sont pas dictées par de tierces parties.

Prasar Bharati : Plus tôt cette semaine, vous avez dit que si l'Inde avait besoin de discuter du retour des citoyens indiens en Chine, elle pourrait le demander à la Chine. Cependant, à ma connaissance, l'Ambassade et les Consulats indiens ont soulevé à plusieurs reprises la question du retour en Chine auprès des départements compétents chinois, mais la Chine a rejeté la demande indienne en raison de la pandémie de COVID-19. Pourriez-vous confirmer que la Chine et l'Inde sont en contact sur cette question ?

Zhao Lijian : À l'heure actuelle, la situation épidémique dans le monde reste complexe et grave. En fonction de la situation épidémique, de ses propres réalités et de son jugement scientifique, la Chine applique des mesures non discriminatoires de prévention épidémique pour l'entrée dans le pays de toute personne, y compris les citoyens chinois. L'entrée en Chine des personnes nécessaires de l'Inde est toujours assurée. Nous espérons que l'Inde pourra également traiter les ressortissants chinois se rendant en Inde sans discrimination, leur créer un environnement sanitaire nécessaire pour leur travail et leur vie en Inde, et travailler ensemble pour mener à bien les affaires liées à la mobilité humaine entre les deux parties.

Question de suivi : Pourriez-vous confirmer que la Chine et l'Inde sont en consultations à ce sujet ?

Zhao Lijian : Nous avons des canaux de communication diplomatique ouverts à Beijing et à New Delhi. Les deux parties maintiennent toujours des contacts.

**********************************

Selon le calendrier des jours fériés pour la Fête de la mi-automne de 2021, la conférence de presse régulière du Ministère des Affaires étrangères sera suspendue les 20 et 21 septembre et reprendra le 22 septembre. Pendant ce temps, vous pourrez toujours poser vos questions par fax, email ou WeChat au Bureau des porte-parole du Ministère comme d'habitude. À l'approche de la Fête de la mi-automne, j'aimerais partager avec vous quelques mots : Hauts dans les cieux sont les vaisseaux Shenzhou, profond dans les eaux est le sous-marin Jiaolong. Au clair de la lune de la mi-automne, j'attends un rendez-vous et qu'en dites-vous ? Encore une fois, souhaitons une bonne et heureuse Fête de la mi-automne à nos héros de Shenzhou-12 qui viennent de rentrer dans la patrie ! Bonne Fête de la mi-automne à vous tous par avance !

**********************************

Question posée après la conférence de presse : En juillet 2019, l'Envoyé spécial du gouvernement vénézuélien Alex Saab a été accusé de blanchiment d'argent par le Département américain de la Justice, et il a été arrêté au Cap-Vert en juin 2020 lorsque son avion s'y est arrêté pour une escale technique. Selon des reportages, le tribunal du Cap-Vert a récemment décidé d'extrader Alex Saab vers les États-Unis. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : Les États-Unis jouent toujours un rôle honteux sur la question vénézuélienne, abusant sans cesse des manœuvres politiques et judiciaires telles que les sanctions et les extraditions, dans le but de s'ingérer dans les affaires intérieures du Venezuela. Un tel acte d'intimidation politique des États-Unis a un impact sur la mobilité humaine internationale normale et met en danger la confiance mutuelle et la coopération entre les pays. La Chine s'y oppose fermement. La Chine exhorte les États-Unis à corriger leurs mauvaises habitudes, à écouter attentivement la voix de la justice dans la communauté internationale et à faire davantage pour respecter le droit international et les normes fondamentales régissant les relations internationales.

EMBASSY OF THE PEOPLE'S REPUBLIC OF CHINA IN SWITZERLAND ALL RIGHTS RESERVED

http://www.china-embassy.ch